Category Archives: Abracadabrantesque

Le camp Fillon fait le sourd aux propositions “honnêtes”

Voici 2 mails adressés à Mme Cayeux, Sénateur Maire de Beauvais restés à ce jour sans réponse:

28 janvier 2017
Madame,
Quel courage d’avoir accepté de venir défendre F Fillon ce samedi soir ! Hélas vos propos ne m’ont pas convaincu alors que je suis de votre bord. Vous et vos camarades défendez la légalité de la situation, ce que personne ne conteste, alors qu’il s’agit d’éthique !!
Je réitère auprès de vous ce que j’ai communiqué sur Twitter, LinkedIn… à savoir que, pour sauver sa candidature si mal conseillée, Fillon doit faire un don de 500000€ à une association caritative de son choix.
Je suivrai votre meeting de demain pour voir si les 13000 visiteurs annoncés sont bien là !
Si tel est le cas ils ont bien peu de scrupules !
Cordialement
PS Votre site comme celui des Républicains ne permettent pas d’adresser des mails. On ne peut pas tout dire en 140 caracteres sur Twitter

19 février 2017
Madame le Sénateur
Je vous ai déjà adressé 2 mails restés sans réponse…
Peut-être que votre assistant parlementaire n’est pas assez bien rémunéré pour vous relayer les messages qui vous sont destines.
Vous sembliez pourtant avoir un peu de temps pour me répondre puisque vous  assistiez à l’émission insipide de ce soir sur BFM avec un certain M Chartier qui a reflété la fragilité de votre camp retranché derrière des barricades de suffisance
Il a été heureusement remplacé à l’antenne par Gérard Colomb qui semble un peu plus convaincant sur le projet d’une France remodelée.
Ancien jeune Giscardien, ancien du RPR je vais savourer votre déroute puisque vous ignorez les conseils de la base de vos électeurs potentiels
Heureusement pour vous le Sénat vous permettra de survivre
Salutations

Le filon de Fillon

Mail adressé le 26 Janvier à Mme Claudine Schmid, député des Français résidant en Suisse

Madame la Député
Je remercie d’avance votre assistant parlementaire de vous transmettre ce message
Sans vouloir faire de généralisation je vous fais part de mon écœurement concernant les comportements d’une partie de la classe politique Française. Je le dénonce dans mon blog depuis des mois.
J’ai cherché à envoyer un mail à F Fillon mais c’est impossible aussi ai-je Twitté et Linkedinisé pour faire connaitre mon opinion à savoir que M Fillon est grillé s’il ne verse pas 500000€ à une œuvre caritative au plus vite
Je suis de votre bord mais je vous affirme que je ferai mon possible pour lutter contre son élection si tel n’est pas le cas !
Il faut mettre un terme ä cette république bananière dont profite certains politiques et media
Vous savez qu’en Suisse cela ne passerait pas ainsi, pas plus que dans les pays Scandinaves
Je vous remercie de transmettre ce mail à F Fillon qui est vraiment très mal conseillé et avec lequel je suis prêt à échanger.
J’attends sa déclaration de ce soir pur aller plus loin. Cordialement

Réponse reçue le 27 Janvier

Monsieur,
Votre message sera remis au QG de M. Fillon.
Bien cordialement,
Claudine SCHMID
Député des Français de l’étranger

Réponse à la réponse

Merci Mme la Député
Comme dirigeant d’entreprises de conseil depuis 1987 j’ai découvert hier soir que j’aurais pu rémunérer mon épouse 7000 € par mois pour échanger avec elle le soir sur mes préoccupations professionnelles, ce que je fais encore régulièrement et gratuitement.
J’invite tous les Chefs d’’entreprises à faire comme M Fillon !
Pour ce qui me concerne il est « out » et je soutiendrai le vote Macron sauf s’îl rembourse ! Cette opinion a été partagée ce soir sur LCI par un pro de la comm politique
Bien cordialement à vous

Quelle différence entre un Chef d’entreprise et un “responsable” politique français !

Le 23 septembre dernier, Martin Winterkorn annonçait sa démission de P-DG du groupe Volswagen suite à la révélation d’une manipulation par le constructeur automobile des données d’émission de gaz polluants des véhicules diesel du Groupe. M. Winterkorn, 68 ans et depuis 2007 à la tête de Volkswagen, affirmait ne s’être rendu coupable d’« aucun manquement », mais préférait « prendre la responsabilité » du scandale.

En ce mardi 16 Février 2016, Nicolas Sarkozy est convoqué devant ses juges dans le cadre de l’enquête sur les fausses factures Bygmalion. Il se serait agi de dissimuler une explosion du plafond légal des dépenses pour sa campagne présidentielle 2012. M. Sarkozy clame son innocence à qui veut l’entendre, affirmant qu’il n’était pas au courant de la gestion de ses comptes de campagne, et préférant laisser à d’autres la responsabilité de porter le chapeau!
Voilà bien 2 visions sensiblement différentes d’un comportement de Chef!
Bien évidemment les media Français se contentent d’affirmer que l’ancien Président ne saurait être soupçonné de quoi que ce soit, du moins pour l’instant, même en cas de mise en examen. C’est ce que nous rappelait Mme Elkrief sur BFM TV le 16 au soir. Le lendemain, après l’annonce de la misse en examen, et tout au long de l’émission C dans l’air, la mine attristée de Mme Catherine Nay faisait peine.
A l’heure du scandale Aurier, les media seraient peut-être mieux inspirés de véhiculer quelques valeurs, en particulier celle de savoir assumer ses responsabilités.
Encore une pièce à ajouter au dossier de la collusion entre journalistes et politiques en France ! CQFD.

 

Merci pour ces nombreux témoignages de sympathie !

A l’occassion du renouvellement de mon contrat annuel de Directeur Scientifique de l’Executive Master Spécialisé en Business Consulting, ESCP Europe a choisi de me proposer des conditions inacceptables pour moi. En ce début 2012, j’ai donc mis un terme à un projet qui me tenait beaucoup à coeur depuis plus de 11 ans, avec le souci de fuir le pouvoir de l’absurde !

En retour à une information des Professeurs et anciens étudiants, j’ai reçu de nombreux témoignages de sympathie. Merci à leurs auteurs. celà fait chaud au coeur !

J’ai souhaité en publier ici un petit florilège :

Tout d’abord, quelques réactions de Professeurs :

–          “Cher Jacques, Je suis encore sous le choc de l’incompréhension! Ton départ est d’autant plus surprenant que tu as été l’initiateur et l’âme de ce programme.  Je me souviens aussi de tes efforts pour concrétiser cette vision dans un programme bien adapté aux besoins des dirigeants d’entreprise du 21 siècle, dans un contexte de grande turbulence de l’environnement. J’ai toujours apprécié au cours des années d’avoir la chance de contribuer à ce programme de grande qualité avec des étudiants (es) motivés et ouverts sur le changement. Je tiens à te remercier grandement pour cette opportunité. »  

–           « Je suis profondément déçue. Tristede voir que cette aventure se termine comme ça, vu ton investissement dans ce programme. J’ai eu beaucoup de plaisir à intervenir dans ta formation et je te souhaite beaucoup de réussite dans l’avenir et je sais que ton esprit entrepreneur te mènera à créer d’autres formations de qualité. »

–          « Cher Jacques, Le MSBC que je connaissais mal avant d’y intervenir récemment, représentait pour moi effectivement le succès d’un programme original et de très bon niveau lancé par l’école et plus précisément par toi! »

–          « J’ai toujours eu bien du plaisir à échanger avec toi et à enseigner dans le MsBC, que je tiens pour un programme exemplaire. Tu vas bien nous manquer.»

–          «Cher Jacques, je suis atterrée de la nouvelle de ton départ, a fortiori en cours d’année, pour un programme de ce niveau. Je voulais te remercier de ta confiance car le MsBC est un magnifique programme que Patrice et toi avez su créer et développer au fil des années, et dans lequel j’ai toujours eu plaisir d’enseigner à des participants le plus souvent excellents. Je sais aussi à quel point tu tenais au développement international du programme et je connais tes efforts des derniers mois en ce sens. Tout cela est bien dommage. »

–          « Jacques Te dire comment je suis abasourdi, comment l’injustice peut avoir un nom. Je ne comprends pas mais ce que je sais, c’est que nous avons travaillé ensemble avec toute la meilleure volonté pour faire de ce MBC un succès. Je sais que tu y as travaillé plus que tous les autres et la réussite  te revient à toi et ton équipe que tu as su créer et développer. Je retiens toutes tes qualités d’expert professionnel mais surtout celle  du cœur, celles qui marquent… »

–          « Dear Jacques, Your departure is very sad news! Personally, I want to thank you very much for the great cooperation that took place for so many years. I feel obliged to you as a wonderful colleague and a true European. I will not say farewell since I could not accept our friendship to end here and, of course, hope to see you soon again. Let me repeat your words: Vive l’avenir!”

Des étudiants de la 1ere promotion (2001) :

–          « Bonsoir Jacques …j’avoue ma surprise et ma déception d’une telle décision ! C’est inadmissible que tu puisses être traité de cette manière… Que penser d’une école de management qui se comporte ainsi. …Je suis sûre que mon message de soutien ne sera pas le seul et que tu trouveras auprès de tous ceux que tu as accompagnés le réconfort de savoir que tu es estimé. Je garderai un excellent souvenir de cette aventure… »

–           « Cher Jacques, C’est avec regret que je prends connaissance de ta situation et de ton départ de l’ESCP dans ces conditions. J’y vois le reflet de ce que nous pouvons vivre dans les contextes organisationnels de cette taille: logique budgétaire pure qui finit par perdre tout sens stratégique, toute notion d’équipe – sans quoi les organisations n’avancent pourtant pas-, et finalement toute efficience (même financière pure !).Evidemment, venant d’une institution dont le fondement est une pratique managériale “intelligente”, cela consterne…Tu sais que nous avons vécu avec la première promo le début d’une aventure que tu n’as eu de cesse de porter durant toutes ces années. C’est cela l’essentiel à retenir. »

–           « Cela n’est pas digne d’une Grande Ecole qui veut se hisser parmi les meilleures d’Europe dans sa catégorie. Et encore une fois cela montre l’absurdité de beaucoup d’acteurs ainsi que le comportement enfantin de nos dirigeants à refuser de dire “j’ai peut être fait une erreur”. »

Des étudiants des 2 promotions en cours :

–          « C’est avec stupeur que j’ai appris votre départ de l’ESCP et de notre Mastère…que dire si ce n’est une déception j’imagine pour chacun de nous tous. »

–          « Je lis ton mail avec stupéfaction. L’année commence sur une note peu joyeuse. Je regrette que tu ne sois pas présent mercredi pour nos soutenances. Je trouve que ce n’est pas sérieux de la part de l’ESCP, compte tenu du niveau de la formation et de l’investissement que demandent ces thèses professionnelles. »

–          « Mais enfin : quelle nouvelle ! L’année commence bien mal. Je ne connais pas les raisons de l’ESCP, pour vous imposer des conditions de poursuite inacceptable, mais sans vous : le MsBC sera différent. Un manque de substance qui sera difficile à combler…Je penserai à vous souvent et vous remercie très sincèrement pour tout ce que vous avez changé dans ma vie »

D’autres envoyées par des étudiants de différentes promotions :

–          « Bonjour Jacques, J’avoue être à la fois très surprise et affectée par ce mail ! Personne ne peut mériter une telle situation …nous sommes témoins de ton indéniable compétence. »

–          « Cher Jacques, C’est avec beaucoup de déception et d’amertume que j’ai pris connaissance de ton départ “forcé” du MsBC!!! …ce que tu as accompli et permis aux étudiants d’accomplir restera gravé dans nos mémoires et marqué du sceau de la gratitude. »

–          « Jacques, je suis très triste d’apprendre cette nouvelle et notamment les conditions dans lesquelles cela s’est passé. Un grand MERCI pour toute ton implication dans ce projet qui nous a permis entre autre de nous (Les Accenturiens) ouvrir plus sur notre environnement. »

–          Très cher Jacques, Je suis profondément chagriné par cette nouvelle, le MsBC sans ta présence et ton « drive » n’aura  plus le même impact, intérêt et saveur pour les étudiants et donc pour l’ESCP. »

–          Un des paradoxes est qu’au final la bureaucratie se cache partout, y compris dans des structures qui militent, enseignent comment les combattre ou faire évoluer celles-ci !!! »

–          « L’ESCP perd une personne de valeur, qui en effet faisait vivre ce MBC avec professionnalisme mais également beaucoup de cœur, ce qui est rare aujourd’hui. Tu as su l’adapter au changement, le faire évoluer vers l’international, toujours à l’écoute afin de proposer ce qu’il y a de mieux, Sache que le Mastère m’a permis d’élargir ma vision, d’évoluer…Oui il y a ainsi une réelle valeur ajoutée apportée par ce Mastère pour beaucoup d’entre nous. Merci à toi Jacques, de ton investissement, ton altruisme, ton intelligence et ta bonne humeur. »

–          « …Je tenais à te dire que ce programme m’a beaucoup apporté et qu’il  contribuera à donner un nouveau souffle à ma vie professionnelle. L’approche globale du programme est très pertinente, le MSBC est une réussite et nous donne aussi les outils pour progresser. »

 

Les “dés pipés” de certaines consultations

Méfions-nous des pseudo-appels d’offres, parfois initiés par des non décideurs!

Ne soyons pas surpris des tensions qui existent entre prestataires et donneurs d’ordre. Si les premiers ont parfois tendance à promettre la lune, d’autres – appartenant à la seconde catégorie – oublient quelques fois les fondamentaux de l’éthique professionnelle.

En mars 2011, on m’informe qu’un organisme chargé de collecter une taxe de formation cherche un consultant pour revoir son fonctionnement interne. Je contacte la Directrice Générale qui accepte de me recevoir pour exprimer oralement son besoin. Elle me demande une offre sous 3 semaines, délai que je respecterai. Une semaine après avoir envoyé ma proposition, je la rappelle pour savoir où en est sa réflexion. Mon interlocutrice m’informe que le Président de l’organisme en question attend une autre proposition sans connaitre le délai accordé à mon/ mes nouveau(x) concurrent(s).
Surpris de découvrir un contexte différent de ce que j’avais compris lors du 1er entretien, notamment sur le calendrier à respecter pour le choix du consultant, je l’interroge pour savoir si je suis passé à coté de ses attentes. A priori non. Je demande alors à rencontrer son  Président pour présenter mon activité et mes références puisque c’est lui qui semble être le décideur sur ce dossier. Mon interlocutrice me répond qu’elle transmettra ma demande. Depuis, plus aucune nouvelle !
Je n’ai même pas eu envie de la rappeler, n’ayant aucune intention de travailler pour une adepte de telles pratiques.

Quelques conseils en avant-vente :
Il faut savoir refuser de répondre à une sollicitation plus ou moins “bidon”. Si on souhaite répondre :
1.Bien connaitre à l’avance ce que j’appelle dans mes séminaires “l’Eco-système Achat” du client (quelle procédure Achat ? quel décideur , quels influenceurs ? ) 
2. En cas d’appel d’offre, ne répondre qu’à un cahier des charges formalisé, fixant des règles communes à tous les soumissionnaires (délai de remise des offres, délai de réponse du client, critères de choix…)
3. Ne répondre que si on vous précise qui est consulté et après un entretien avec le véritable décideur pour tester notamment sa motivation à vous consulter et … vos chances de succès!

Restons Zen…

Première anecdote vécue très récemment chez un client dont le nom importe peu.

Voici plusieurs mois ce client me contacte pour me demander de lui monter un séminaire de 2 jours destiné à une demi-douzaine de ses collaborateurs. Après avoir rogné sur mon budget, il me confirme son accord pour une session qui doit se tenir en plein mois d’août, compte-tenu des contraintes liées à son activité.
Suite à plusieurs réunions d’échanges avec les 2 responsables concernés (le temps non facturable est sans limite pour certains), je prépare mon séminaire, puis adresse le support pour validation 10 jours avant la formation (temps total passé : environ 2 jours en incluant les divers échanges préliminaires).
Tout semble bouclé… Je quitte donc mon lieu de vacances pour un aller-retour de 2 jours à Paris (environ 500 kms /voyage en voiture).
Le séminaire démarre à 9H ce matin du 1er jour avec… 2 absences sur 7 participants prévus… Au bout de 30 minutes, 2 des 5 présents se lèvent et m’annoncent une contrainte de rendez-vous convenu… la veille!
Ces 2 personnes reviendront 3 quarts d’heure plus tard mais, entre temps, 2 autres ont déjà quitté la salle… pour les mêmes raisons!
30 minutes plus tard, tout le monde est de retour en m’annonçant d’autres sorties à venir. Manifestement quelqu’un avait “sous-mariné” pour saboter ce projet.

Surpris, j’alerte le Chef, présent dans la salle, de la difficulté à animer une session de formation dans de telles conditions.
A 10 heures 15, la formation est annulée sur une décision du client! Je n’ai plus qu’à éteindre le video-projecteur et “plier mes gaules”.

Un conseil dans de telles circonstances : demander un écrit du client attestant que vous avez tenu vos engagements et que la décision d’annulation n’est aucunement liée à votre intervention. Celà vous permettra de vous faire payer. Dans le cas présent j’ai eu ce courrier sans aucun problème, avec une formule de politesse qui m’a ragaillardi sur l’autoroute du retour !