Oser!!

Nos éminents journalistes et chroniqueurs se gargarisent sur les nouvelles dispositions du gouvernement. Tout ceci n’est que de la fumée car on ne s’attaque pas à la CAUSE des problèmes de la France. Le problème fondamental est l’employabilité de nos concitoyens, donc le taux d’emploi qui plombe le budget public.

Qui osera enfin s’y attaquer ? Evidemment ce n’est pas politiquement correct mais si on préfère privilégier les générations futures aux prochaines élections, il est plus que temps d’oser!

Oser accorder aux entreprises la flexibilité du travail parce qu’elle est indispensable dans un monde en changement permanent. Si elles sont moins contraintes, les entreprises embaucheront davantage  quite à pouvoir licencier en période de faibles eaux. Mais d’autres relayeront! Le licenciement ne doit plus faire peur si on accompagne les chomeurs dans une dynamique de recherche d’emploi et de reconversion professionnelle efficace. Deux conditions clés pour réussir : d’une part une révision de la formation professionnelle, d’autre part une remise à plat du système d’indemnisation ! 

Oser revoir les modèles de carriere en considérant 3 phases : apprendre, “performer”, transmettre. Le modèle de rémunération doit se caler sur ce paradigme et adopter une courbe en cloche. On a moins de besoins à 55 ou 60 ans qu’à 45 ! Les mesures d’assistanat des jeunes sans emploi ne sont que des palliatifs à court terme qui ne résolvent rien sur le fond!

Oser revoir le modèle du monde du travail en encourageant le développement des petites structures, plus résilientes que les grosses! Big is not always beautiful!!! Là aussi l’avenir est aux modèles en réseau!

Oser privatiser les activités mal gérées par le secteur public. L’Etat doit édicter les règles du jeu économique mais sortir des activités opérationnelles (transport, énergie…). Pour réduire la dette, il est temps de vendre les partipations dans les entreprises  évoluant sur des marchés concurrentiels (France Télécom, EDF, SNCF…)

Oser laisser travailler le Dimanche ceux qui le souhaitent. Il ya un gisement fabuleux de création d’emplois! Oser encourager le télétravail qui redynamisera les régions qui s’appauvrissent un peu plus chaque jour. Ceci suppose de revoir les doctrines du management pour motiver sur des objectifs au lieu de contrôlet des heures de présence!

Oser communiqer largement sur les métiers menacés et les métiers d’avenir : ceux qui sont liés à une forte proximité du client (coiffeur, médecin, garagiste, tourisme…) et ceux qui apportent une valeur ajoutée compétitive !

Les 35 heures sont un faux problème. Les entreprises les ont digérées. Le vrai défi est ailleurs : nous positionner sur de nouveaux marchés (biotech) ou consolider nos forces sur ceux qui ont un avenir (luxe, transport, énergie, TIC…) Il est temps de fabriquer un plus gros gateau pour que chacun ait une plus grosse part!

Oser enfin l’Europe politique pour affronter ensemble la concurrence mondiale en uniformisant les règles du jeu (fiscalité, politique budgétaire). Partager les dépenses liées à la Défense. Exclure les pays qui ne jouent pas le jeu (Grèce). Le problème de la Grèce me rappelle celui que tout dirigeant se pose lorsqu’il hésite à licencier un collaborateur qui ne donne pas satisfaction. Si on hésite à prendre une décision difficile, on perd à tous les coups!

Nous devons apprendre à vivre dans une crise permanente car notre monde complexe est désormais régi par la théorie du chaos. A nous de relever ce challenge. Il y a de la place pour tous !!