Profession libérale : gare au régime emploi-retraite !

Ayant atteint le nombre de trimestres requis pour bénéficier d’une pension de retraite, je me suis lancé depuis déjà quelques mois dans le process de demande de liquidation de mes droits.

Je tiens à souligner ici la qualité du service assuré par la CNAV PL : des correspondants nomément désignés, assez facilement joignables et professionnels. Idem pour le groupe de retraite complémentaire Novalis-Taitbout qui après un petit “retard à l’allumage” s’est montré également efficace. Mais que dire de la CIPAV, Caisse à laquelle on est contraint de s’affilier lorsqu’on opte pour le statut de Profession Libérale! A l’heure d’internet, il faut se déplacer rue de Vienne sans possibilité de rendez-vous ! Armez-vous donc de patience… J’ai déjà proposé mes services de consultant aux dirigeants mais ceux-ci n’ont même pas la courtoisie de répondre à un courrier. C’est Kafka et Courteline réunis !

J’ai tout de même appris que si je poursuivais mes activités professionnelles en étant retraité je devrais continuer à cotiser à la CIPAV “à fonds perdus”!! Etant désormais résident à l’étranger il ne me reste plus qu’à plier mes gaules en France et travailler depuis l’étranger. Est-ce qu’on va améliorer la santé de nos comptes publics en poussant dehors ceux qui souhaitent rester actifs ?

Pour éviter ce désagrément, peut-être faut-il davantage anticiper que je ne l’ai fait, et opter pour un statut différent de type auto-entrepreneur ou EURL / SARL (en se payant en dividendes). Voilà un exemple de conseil que j’aurais apprécié de la part de mon association de gestion….

J’ai souhaité alerter ici ceux qui se sentent concernés

Merci pour ces nombreux témoignages de sympathie !

A l’occassion du renouvellement de mon contrat annuel de Directeur Scientifique de l’Executive Master Spécialisé en Business Consulting, ESCP Europe a choisi de me proposer des conditions inacceptables pour moi. En ce début 2012, j’ai donc mis un terme à un projet qui me tenait beaucoup à coeur depuis plus de 11 ans, avec le souci de fuir le pouvoir de l’absurde !

En retour à une information des Professeurs et anciens étudiants, j’ai reçu de nombreux témoignages de sympathie. Merci à leurs auteurs. celà fait chaud au coeur !

J’ai souhaité en publier ici un petit florilège :

Tout d’abord, quelques réactions de Professeurs :

–          “Cher Jacques, Je suis encore sous le choc de l’incompréhension! Ton départ est d’autant plus surprenant que tu as été l’initiateur et l’âme de ce programme.  Je me souviens aussi de tes efforts pour concrétiser cette vision dans un programme bien adapté aux besoins des dirigeants d’entreprise du 21 siècle, dans un contexte de grande turbulence de l’environnement. J’ai toujours apprécié au cours des années d’avoir la chance de contribuer à ce programme de grande qualité avec des étudiants (es) motivés et ouverts sur le changement. Je tiens à te remercier grandement pour cette opportunité. »  

–           « Je suis profondément déçue. Tristede voir que cette aventure se termine comme ça, vu ton investissement dans ce programme. J’ai eu beaucoup de plaisir à intervenir dans ta formation et je te souhaite beaucoup de réussite dans l’avenir et je sais que ton esprit entrepreneur te mènera à créer d’autres formations de qualité. »

–          « Cher Jacques, Le MSBC que je connaissais mal avant d’y intervenir récemment, représentait pour moi effectivement le succès d’un programme original et de très bon niveau lancé par l’école et plus précisément par toi! »

–          « J’ai toujours eu bien du plaisir à échanger avec toi et à enseigner dans le MsBC, que je tiens pour un programme exemplaire. Tu vas bien nous manquer.»

–          «Cher Jacques, je suis atterrée de la nouvelle de ton départ, a fortiori en cours d’année, pour un programme de ce niveau. Je voulais te remercier de ta confiance car le MsBC est un magnifique programme que Patrice et toi avez su créer et développer au fil des années, et dans lequel j’ai toujours eu plaisir d’enseigner à des participants le plus souvent excellents. Je sais aussi à quel point tu tenais au développement international du programme et je connais tes efforts des derniers mois en ce sens. Tout cela est bien dommage. »

–          « Jacques Te dire comment je suis abasourdi, comment l’injustice peut avoir un nom. Je ne comprends pas mais ce que je sais, c’est que nous avons travaillé ensemble avec toute la meilleure volonté pour faire de ce MBC un succès. Je sais que tu y as travaillé plus que tous les autres et la réussite  te revient à toi et ton équipe que tu as su créer et développer. Je retiens toutes tes qualités d’expert professionnel mais surtout celle  du cœur, celles qui marquent… »

–          « Dear Jacques, Your departure is very sad news! Personally, I want to thank you very much for the great cooperation that took place for so many years. I feel obliged to you as a wonderful colleague and a true European. I will not say farewell since I could not accept our friendship to end here and, of course, hope to see you soon again. Let me repeat your words: Vive l’avenir!”

Des étudiants de la 1ere promotion (2001) :

–          « Bonsoir Jacques …j’avoue ma surprise et ma déception d’une telle décision ! C’est inadmissible que tu puisses être traité de cette manière… Que penser d’une école de management qui se comporte ainsi. …Je suis sûre que mon message de soutien ne sera pas le seul et que tu trouveras auprès de tous ceux que tu as accompagnés le réconfort de savoir que tu es estimé. Je garderai un excellent souvenir de cette aventure… »

–           « Cher Jacques, C’est avec regret que je prends connaissance de ta situation et de ton départ de l’ESCP dans ces conditions. J’y vois le reflet de ce que nous pouvons vivre dans les contextes organisationnels de cette taille: logique budgétaire pure qui finit par perdre tout sens stratégique, toute notion d’équipe – sans quoi les organisations n’avancent pourtant pas-, et finalement toute efficience (même financière pure !).Evidemment, venant d’une institution dont le fondement est une pratique managériale “intelligente”, cela consterne…Tu sais que nous avons vécu avec la première promo le début d’une aventure que tu n’as eu de cesse de porter durant toutes ces années. C’est cela l’essentiel à retenir. »

–           « Cela n’est pas digne d’une Grande Ecole qui veut se hisser parmi les meilleures d’Europe dans sa catégorie. Et encore une fois cela montre l’absurdité de beaucoup d’acteurs ainsi que le comportement enfantin de nos dirigeants à refuser de dire “j’ai peut être fait une erreur”. »

Des étudiants des 2 promotions en cours :

–          « C’est avec stupeur que j’ai appris votre départ de l’ESCP et de notre Mastère…que dire si ce n’est une déception j’imagine pour chacun de nous tous. »

–          « Je lis ton mail avec stupéfaction. L’année commence sur une note peu joyeuse. Je regrette que tu ne sois pas présent mercredi pour nos soutenances. Je trouve que ce n’est pas sérieux de la part de l’ESCP, compte tenu du niveau de la formation et de l’investissement que demandent ces thèses professionnelles. »

–          « Mais enfin : quelle nouvelle ! L’année commence bien mal. Je ne connais pas les raisons de l’ESCP, pour vous imposer des conditions de poursuite inacceptable, mais sans vous : le MsBC sera différent. Un manque de substance qui sera difficile à combler…Je penserai à vous souvent et vous remercie très sincèrement pour tout ce que vous avez changé dans ma vie »

D’autres envoyées par des étudiants de différentes promotions :

–          « Bonjour Jacques, J’avoue être à la fois très surprise et affectée par ce mail ! Personne ne peut mériter une telle situation …nous sommes témoins de ton indéniable compétence. »

–          « Cher Jacques, C’est avec beaucoup de déception et d’amertume que j’ai pris connaissance de ton départ “forcé” du MsBC!!! …ce que tu as accompli et permis aux étudiants d’accomplir restera gravé dans nos mémoires et marqué du sceau de la gratitude. »

–          « Jacques, je suis très triste d’apprendre cette nouvelle et notamment les conditions dans lesquelles cela s’est passé. Un grand MERCI pour toute ton implication dans ce projet qui nous a permis entre autre de nous (Les Accenturiens) ouvrir plus sur notre environnement. »

–          Très cher Jacques, Je suis profondément chagriné par cette nouvelle, le MsBC sans ta présence et ton « drive » n’aura  plus le même impact, intérêt et saveur pour les étudiants et donc pour l’ESCP. »

–          Un des paradoxes est qu’au final la bureaucratie se cache partout, y compris dans des structures qui militent, enseignent comment les combattre ou faire évoluer celles-ci !!! »

–          « L’ESCP perd une personne de valeur, qui en effet faisait vivre ce MBC avec professionnalisme mais également beaucoup de cœur, ce qui est rare aujourd’hui. Tu as su l’adapter au changement, le faire évoluer vers l’international, toujours à l’écoute afin de proposer ce qu’il y a de mieux, Sache que le Mastère m’a permis d’élargir ma vision, d’évoluer…Oui il y a ainsi une réelle valeur ajoutée apportée par ce Mastère pour beaucoup d’entre nous. Merci à toi Jacques, de ton investissement, ton altruisme, ton intelligence et ta bonne humeur. »

–          « …Je tenais à te dire que ce programme m’a beaucoup apporté et qu’il  contribuera à donner un nouveau souffle à ma vie professionnelle. L’approche globale du programme est très pertinente, le MSBC est une réussite et nous donne aussi les outils pour progresser. »