15 priorités non partisanes pour France Horizon 2015

 A la veille d’un choix national engageant les années à venir, voici une proposition de plan d’action concret, réaliste, et indépendant de toute visée politique pour enfin dynamiser le marché du travail en France et corrélativement cette croissance tant désirée, dans un climat social qui pourrait enfin s’apaiser. Des idées inspirées d’expériences  observées à l’étranger mais attention…. çà décoiffe la pensée unique à la française !

 Un monde du travail modernisé et compétitif

  1. Créer de nouveaux emplois en supprimant toute interdiction de fermeture durant le week-end d’une installation professionnelle (bureaux, usines, magasins, chantiers…), tout en maintenant un plafond de travail horaire (entre 35 et 40 heures) pour les non cadres : que d’emplois supplémentaires pour couvrir les nouvelles plages horaires librement décidées par la Direction si l’on impose un plafonnement des heures supplémentaires !
  2. Redynamiser les économies locales en éliminant les contraintes sur le télétravail : grâce à Internet, le travail à distance des cadres est une opportunité fantastique, à condition de les encourager à s’équiper de moyens modernes (webcams, skype, groupwares,…) ; ceci suppose évidemment une évolution du management : on oublie le contrôle des heures travaillées pour oser fixer et surveiller des objectifs de performance individuelle ; conséquence immédiate : réouverture d’écoles et de commerces…, amélioration de la qualité de travail (moins de déplacements, plus de liberté pour traiter les obligations familiales,…)
  3. Instaurer un label d’entreprise citoyenne pour les entreprises qui emploient à temps partiel des stagiaires en reconversion professionnelle : promotion sur les media du secteur public (TV et sites Internet) des entreprises citoyennes ; alors le 20h pourra servir à autre chose que faire de la promotion des antihéros !
  4. Mettre en place un véritable service d’aide à l’emploi via un portail Internet : tout demandeur d’emploi aura la possibilité de choisir un cycle de reconversion combinant des programmes de formation agréés et des stages en entreprise, selon des filières de réinsertion actualisées par rapport aux attentes du marché du travail ; seuls les demandeurs d’emploi adhérant à ce dispositif (avec une franchise de quelques mois) seraient indemnisés durant une période maximum de 2 ans (avec une dégressivité de l’indemnisation à partir de 12 mois) ; un service de conseil de proximité et d’aide au choix de filières serait assuré dans les centres Pôle Emploi.
  5. Assouplir les contraintes de licenciement pour les entreprises afin de promouvoir la flexibilité du travail. L’emploi à vie dans la même entreprise, c’est fini ! En revanche, il conviendrait de majorer l’impôt sur les bénéfices des entreprises qui licencient si le résultat augmente et … réduire l’impôt pour celles qui augmentent leurs effectifs !
  6. Pour les fonctionnaires sous statut, en cas de suppression de poste, maintien de la protection de l’emploi pour ceux qui le désirent, avec obligation de mobilité (et prise en compte des contraintes familiales). Fin des recrutements sous statut de la Fonction Publique.

  7. Développer le statut d’auto-entrepreneur (une des meilleures idées du dernier quinquennat), notamment pour des activités d’intérêt général : aide aux personnes âgées, aide aux handicapés (suppression de certaines charges sociales de type AF), soins à domicile,…Ce statut pouvant être cumulé avec un autre emploi.
  8. Renforcer la protection sociale de l’entrepreneur (limité aux PME) de type assurance accident / invalidité, prise en charge partiellement par la collectivité.
  9. Adapter l’âge de la retraite à la démographie et à l’effort individuel : par analogie avec d’autres pays européens, on pourrait imaginer un seuil fixé à 45 ans d’activité professionnelle, avec un taux d’abattement du quota pour les années d’activités professionnelles pénibles (référentiel public établi par un organisme indépendant et actualisé tous les 10 ans).
  10. Promouvoir une nouvelle vision de la carrière professionnelle qui distinguerait 3 phases : jusqu’à 30 ans on apprend, donc on accepte des rémunérations « raisonnables » ; de 30 à 50 ans, on « performe » donc on attend des rémunérations « motivantes »; après 50 ans, on transmet, moyennant (comme au Japon) une rémunération en baisse chaque année (compensée par une durée de travail en diminution). Obligation pour les entreprises d’employer un taux minimum de seniors (plus de 50 ans) pour les affecter à des activités de conseil interne, promotion, transmission et capitalisation du savoir-faire.
  11.  Soutenir l’innovation mais renforcer le contrôle sur l’octroi du crédit impôt recherche : mesure réservée aux entreprises « innovantes » ; développement de ce statut décerné par Oseo après expertise indépendante des projets de recherche.

Des dépenses publiques privilégiant enfin l’efficience et l’équilibre

  1. Equilibrer les dépenses publiques : benchmark européen sur les effectifs de sécurité, éducation, santé, justice et application du meilleur ratio en France, avec interdiction d’y être inférieur (actualisation tous les 10 ans) ; audit (Cour des Comptes) de tous autres services de l’Etat et suppression des entités qui ne se justifient plus ; analyse systématique de rentabilité (validée par un expert indépendant) de tout projet lancé par l’Etat ou les collectivités locales ; réduction des dépenses militaires et affaires étrangères à concurrence de l’équilibre budgétaire
    Perception d’un impôt exceptionnel auprès des ménages les plus aisés pour remboursement partiel de la dette.
  2. Réorganiser la hiérarchie des collectivités locales : suppression des Départements et transfert des compétences aux communes et régions ; obligation de regroupement des communes inférieur au seuil de rentabilité ; mutualisation des dépenses d’infrastructures aux communes contigües.
  3. Instaurer une fiscalité lisible et équitable pour les particuliers : un impôt national unique sur les revenus du travail et du capital, un impôt national sur la fortune, un impôt régional sur le foncier,un impôt communal sur l’habitation
    Mais…Suppression des impôts sur les transactions immobilières pour faciliter la mobilité. Suppression de l’impôt sur les successions jusqu’à un seuil de 10M€.

    Fiscalité des entreprises : impôt sur les bénéfices et charges sociales harmonisées dans la zone Euro ; TVA harmonisée sur la zone Euro

  4. Garantir un équilibre des systèmes d’assurance maladie : visite médicale obligatoire chaque année avec délivrance d’un certificat de « bonne santé » aux plus chanceux à cet égard (ceux-là seraient amenés à subir des réévaluations de primes en cas de déficit) ; promotion des médecines « douces » (acupuncture, homéopathie,…)  déremboursement des dépenses relatives à des soins de « confort », cotisation obligatoire de tous les étrangers résidents

Des valeurs sociales retrouvées 

  1. Restaurer un minimum de civilités : Instauration d’un service public national de 6 mois applicable à tous les résidents (pas d’hébergement ; obligation à satisfaire quand on veut avant 25 ans ; rémunéré au SMIC ou par les entreprises si emploi en cours pour la rémunération qui excède le SMIC) ; mise en place de peines de réparation immédiate (ou équivalente) de toute dégradation de biens publics ou de biens d’intérêt général (pas d’emprisonnement pour les petits délinquants).

Immigration : obligation pour tout nouveau résident de pouvoir prouver sa capacité à vivre sans dépendre de la collectivité (hors asiles politiques) ; expulsion de tout résident étranger récidiviste en cas de délit « grave ».

Le bilan économique reste à faire mais ne devrait pas être exorbitant car les nouvelles dépenses ne concernent que les points 4, 7 et 15 Son financement initial serait effectué par cession d’actifs de l’Etat (immobilier, participations mobilières non stratégiques pour la collectivité).

 Ces propositions s’inspirent du Livre « Désir d’emploi » écrit avec mon complice Thierry Delarbre et publié en 2006 par Vuibert mais vite ignoré sauf par le journal « Le Temps » de Genève qui le distingua « Livre du Mois » en août 2006.

Sortons la tête du sable !!!

On peut suggérer toutes les idées à certains media, celà ne sert à rien ! Ils restent englués dans leurs idées, leur système, leurs aimables bavardages avec quelques complices attitrés…

Je vais donc utiliser ce blog pour m’exprimer davantage dans le prolongement du livre écrit en 2006 avec Thierry Delarbre “Désir d’emploi”, lequel décoiffait beaucoup trop pour séduire l’establishment politico-mediatique.

Pour ceux qui veulent en savoir plus, merci de lire l’article ( lien ci-après) écrit en septembre 2009. On verra qu’en 2 ans rien n’a progressé sur les problèmes de fond.

http://www.pansard.net/pubJPInfos.htm

Merci pour vos commentaires !